Article de Paris Normandie du 22/04/2010

La guerre des sexes

Thierry Lodé étudie les comportements sexuels des animaux

SOIREE ETUDIANTE. Une conférence, dans le cadre des Singeries du jeudi, est organisée par le muséum de Rouen.

Dans le cadre de sa programmation annuelle, le muséum a décidé de diversifier son public et de casser son image de lieu sérieux pour interpeller les 18-30 ans, en consacrant notamment quatre soirées spéciales aux étudiants rouennais. La dernière, aujourd’hui, à 20h33, au muséum de Rouen, 198 rue Beauvoisine. Il s’agit d’une conférence assez étonnante, donnée par Thierry Lodé, chercheur spécialisé dans la sexualité animale au CNRS, organisme public de recherche, et professeur universitaire d’écologie évolutive à Rennes et à Angers.

Pourquoi êtes-vous devenu spécialiste de la sexualité animale?
Thierry Lodé: «J’ai commencé tout d’abord à faire de la génétique. Puis, certains comportements animals m’ont interpellé. Les animaux ne réagissaient pas comme on nous l’avait enseigné. Par exemple, il se trouve que le met préféré d’un putois sont les grenouilles. Elles sont normalement polygames. Attaquées, elles deviennent monogames.
Etrange.»

En quoi consiste votre intervention d’aujourd’hui?
«Je vais présenter sous forme d’un diaporama la problématique de mon dernier livre: pourquoi il existe un conflit des sexes? La sexualité a toujours été une particularité de l’évolution biologique. Comme vous le savez déjà, il existe deux sexes qui, souhaitant chacun s’affirmer, sont constamment en conflit. Je ne m’oppose pas obligatoirement au néodarwinisme mais contrairement à lui, j’affirme qu’il existe un conflit qui se corrige de lui-même, grâce aux compromis, que chaque espèce trouve dans sa propre histoire, au lieu de créer de la concurrence.»

Quel message souhaitez-vous faire passer aux étudiants?
«La biodiversité amoureuse est une autre logique décisive de l’évolution qui a introduit le conflit. Mais ce même conflit a produit variation et variété. J’espère susciter le débat et les vocations, qui sait.»

Nadege Hauduc

Article paru le : 22 avril 2010

Voir l’article sur le site web de Paris Normandie

Advertisements

Les commentaires sont fermés.